Accueil A la une Côte d’Ivoire, l’Ong Secours social commémore la journée “zéro discrimination” à Bouaké

Côte d’Ivoire, l’Ong Secours social commémore la journée “zéro discrimination” à Bouaké

PARTAGER
Les membres de l'Ong Secours social de Bouaké/Ph Credo

A l’occasion de la journée zéro discrimination, des citoyens de la planète s’unissent, afin de célébrer la diversité et rejeter la discrimination sous toutes ses formes. Une journée a été célébrée à Bouaké à travers l’Ong Secours social au cours de laquelle une conférence a été animée autour du thème :”Quelles stratégies pour la reconnaissance des Lgbti pour une société zéro discrimination” dans un hôtel de la ville, ce mardi 2 mars 202.

En Côte d’Ivoire, précisément, à Bouaké, l’Ong ”Secours social” a été sélectionnée pour mener des actions de reconnaissance des Lgbtqi pour une société zéro discrimination financé par l’Isdao (Initiative Sankofa d’Afrique de l’Ouest) qui est un fonds activiste consacré à l’édification d’un mouvement ouest-africain qui défend la diversité sexuelle et les droits sexuels. Cette célébration a enregistré la participation des différents acteurs, partenaires et autorités de la ville.

Au cours de cette journée de commémoration, prenant la parole, le directeur exécutif de l’Ong Secours social Gnizako Lago Lucien, a expliqué le sens de cette cérémonie. « Cette activité vise à se pencher sur la question de la discrimination dans notre société. Également elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’action de reconnaissance des Lgbti pour une société zéro discrimination ” financé par un fonds activistes Isdao, basé en Afrique du Sud. Ce projet a pour objectif d’accroître la pertinence de l’information au niveau des défenseurs des droits de l’homme. Cette journée est en soi universelle et ne se limite pas au VIH ou aux problèmes de santé. Son objectif est de mettre en avant les problèmes liés aux discriminations.

Aujourd’hui en célébrant cette journée, nous voulons attirer l’attention de tous ici présent sur le besoin d’agir sans attendre pour mettre fin aux inégalités liées aux revenus, au sexe, à l’âge, au handicap, à l’usage de la drogue, à l’identité sexuelle et surtout à l’orientation sexuelle », a exprimé le Directeur exécutif, avant d’adresser une doléance à l’État de Côte d’Ivoire.

« En ce jour, nous plaidons pour que le gouvernement supprime les lois, les réglementations et les pratiques discriminatoires afin de garantir l’égalité des chances et réduire les inégalités ». Quant au secrétaire général de la Lidho section Bouaké, Soro Zoumana, a invité chaque acteurs au respect de la liberté de la conscience. La Dudh invite chaque citoyen et l’État au respect de la manifestation de la liberté de conscience de chaque individu. Bien entendu chaque Etat interprète la liberté de conscience à la lumière de son histoire, de sa philosophie et de sa politique. Ce n’est pas le fait d’être ou ne pas être Lgbti qui pose problème mais c’est d’être différent de la masse de sortir du carré, de briser le carcan du monde habituel de penser, de vivre ou d’exister.

En effet, la discrimination est le traitement inégal de personnes placées dans une même situation, en raison d’un critère interdit par la loi. Mais les inégalités entre les genres finissent par affecter la santé et le bien-être de tous. 

Eliezer Kékrenou

Correspondant régional

PARTAGER