Accueil A la une Enquête non publiée dans L’Eléphant Déchaîné : Assalé Tiémoko : « Il...

Enquête non publiée dans L’Eléphant Déchaîné : Assalé Tiémoko : « Il n’y a pas de preuves suffisantes sur Achi »

PARTAGER
Assalé Tiémoko Antoine, Patron de L'Eléphant Déchainé

L’affaire « Pandora Papers » dont un journaliste ivoirien a fait des investigations, où le Premier ministre de Côte d’Ivoire, Patrick Achi, est cité fait actuellement grand bruit à Abidjan. Assalé  Tiémoko, patron du journal Eléphant Déchainé, estime que les preuves ne sont pas assez pour publier une enquête sur Achi.

Ce mardi 5 octobre, le journaliste de l’Eléphant Déchainé, Noël Konan et membre du Consortium international des journalistes d’investigation (Icij), a publié dans un autre média, une société offshore de Consultance basée au Bahamas de Patrick Achi. Selon le journaliste, Achi prend des précautions et cache tout lien avec Allstar consultancy services Limited. « Certainement sa pleine conscience de son statut de personne politiquement exposée et des conflits d’intérêts liés à sa qualité. Il va donc désigner Rendor overseas S.A, une autre société offshore en tant qu’actionnaire de son entreprise et en tant que premier dirigeant et nominé », dit-il du Premier ministre ivoirien.

Au cours d’un débat à la télévision nationale, Assalé Tiémoko, patron du journal Eléphant Déchainé, a été interpellé sur l’affaire du Premier ministre Achi cité dans l’évasion fiscale. Pour lui, il fallait attendre de réunir les preuves avant la publication de cette enquête par le journaliste ivoirien. Chose qu’a refusée le journaliste et a publié l’enquête dans un autre média étranger. « On a commencé à faire des vérifications et on s’est rendu compte qu’il n’y pas assez de preuves. Moi, en tant que patron de presse, j’ai demandé à mon journaliste de contacter le Consortium et qu’il faut des éléments supplémentaires pour qu’on comprenne ce qu’on dit. On n’a pas eu ces éléments supplémentaires pendant deux mois », a soutenu Assalé Tiémoko. Ajoutant que le Consortium avait aussi signifié qu’il n’avait pas d’éléments concernant le Premier ministre.

Pour le patron du journal, l’enquête n’a pu être validée par la rédaction. Finalement, l’enquête concernant l’évasion fiscale dans laquelle le Premier ministre est impliquée a été publiée ce mardi 5 octobre. Concernant le journaliste d’investigation Noël Konan, il a promis dans les heures qui suivent faire des révélations sur cette affaire, dans laquelle, son patron, ne dit certainement pas la vérité des faits.

Magloire Madjessou

PARTAGER