Accueil A la une Bénin, une campagne électorale présidentielle émaillée d’incidents

Bénin, une campagne électorale présidentielle émaillée d’incidents

PARTAGER
La campagne électorale au Bénin va son plein/Ph DR

La campagne électorale qui a démarré le 26 mars est marquée par des incidents surtout au nord et au centre du pays.

C’est depuis le 26 mars 2021 que le Bénin a lancé sa campagne électorale. En lice trois candidats. Les cinq autres candidats dont certains pouvaient inquiéter le président sortantont été écartés de la course. Reste alors en course Patrice Talon, Alassane Soumanou Djimba et Corentin Kohoué. Les deux derniers sont peu connus des 5,5 millions d’électeurs béninois.

Mais n’empêche, tous depuis le 26 mars dernier, se sont lancés à travers tout le pays à la conquête des électeurs pour leur expliquer leurs programmes de société. Si le duo Alassane Soumanou et Paul Hounkpé du FCBE ont débuté leur campagne à Djougou (nord), fief du candidat président. Corentin Kohoué et Iréné Agossa de la dynamique Restaurer la confiance, eux ont pris le départ à Cotonou, à l’instar de Patrice Talon et Mariam Talata. Emmener les électeurs à porter leur choix sur eux, lors du premier tour de la présidentielle du 11 avril, tel est le but poursuivi par tous ces candidats qui sillonneront les 77 communes du pays.

LIRE AUSSI: Bénin, M. le Président Talon : Libérer le journaliste Ignace Sossou !

Une campagne sous haute tension

Le président de la Céna – la commission électorale – en procédant au lancement officiel de cette campagne, n’a pas caché ses craintes par rapport au climat de tension actuel. Emmanuel Tiando en a appelé à la conscience des acteurs politiques :“Nous devons œuvrer à la conduite d’une campagne électorale qui respecte les dispositions du code électoral et qui ne compromette pas notre vivre ensemble dans la paix et dans la cohésion nationale. Dans cette optique, nous devons résister sans répit aux sirènes des discours vecteurs d’intolérance, de division et de haine.”

Mais son appel semble tomber dans des oreilles de sourds car depuis le lundi 5 avril 2021 de nombreuses violences relatives à la campagne ont éclaté à Tchaourou, au nord du pays. Dans cette grande commune qui est le village natal de l’ex-président Yayi Boni, les manifestants avaient barré les routes, empêchant les véhicules et camions de circuler du nord vers le sud du pays.

Mercredi 7 avril 2021, des jeunes avaient érigé des barrages sur une route du pays. Ces manifestants protestent contre le président Patrice Talon qu’ils accusent de vouloir confisquer le pouvoir.

Ces manifestants se basent sur le fait que c’est Patrice Talon qui est à la base de l’élimination des principaux candidats pouvant être une menace pour lui. Le premier tour de cette présidentielle est prévue pour se tenir le 11 avril 2021.

Ahoussi Aka

PARTAGER