Accueil A la une Côte d’Ivoire, développer la filière mangue, l’objectif des responsables de l’inter-mangue

Côte d’Ivoire, développer la filière mangue, l’objectif des responsables de l’inter-mangue

PARTAGER
La filière mangue en Côte d'Ivoire en pleine essor.../Ph DR

Classée troisième parmi les produits de rente dans le nord du pays, la mangue qui est exportée sur les marchés de la sous-région et d’Europe est aujourd’hui transformée sur le plan local. 

Il y a dix ans de cela, il n’était pas rare de voir des centaines, voire de milliers de cartons de mangues en provenance du nord pourri à la gare des cars de transports à Adjamé comme à Yopougon. 

Ces produits pourrissaient souvent bien avant leur arrivée à destination. Ce qui représentait un manque à gagner considérable pour les commerçantes ainsi que les producteurs qui acheminaient directement leurs produits sur Abidjan. Mais il y a environ quatre ans de cela que ce spectacle de mangues pourries dans les gares routières a énormément baissé. Qu’est ce qui explique ce fait ? 

De la professionnalisation à l’industrialisation de la filière 

La Côte d’Ivoire produit environ 180 000 tonnes de mangues fraîches par an. Mais les acteurs de cette filière n’arrivait pas à tirer grand intérêt de cette activité en raison des difficultés qu’ils rencontraient. Ces difficultés sont liées à l’écoulement de leurs produits en raison de l’étroitesse du marché national. C’est ce qui explique que de nombreuses mangues pourrissent pendant la traite (février-avril) de ce produit de rente.  Sans oublier les maladies des fruits. 

LIRE AUSSI :Côte d’Ivoire, Ouattara promet 199 km de routes bitumées dans la région du N’Zi et d’autres infrastructures

Selon les statistiques, près de 40 % de la production pourrit en ce moment entraînant une grande perte pour les commerçants. En vue d’œuvrer pour renverser la tendance, les acteurs de la filière mangues se sont unis au sein de l’interprofession ” Inter-Mangue”. 

Cette inter-profession a été créée le 13 décembre 2018 à Korhogo, au nord du pays. Pascal Silué Nembelessini, exportateur, a été élu à l’unanimité président de ladite organisation. A l’occasion de l’assemblée générale constitutive de l’interprofession, il a dévoilé un plan quinquennal tendant à tripler la production sur les cinq prochaines années et à conquérir de nouveaux marchés comme l’Afrique du Nord et le Moyen Orient afin de réduire la dépendance à l’égard du marché européen. 

En 2015, la filière mangue a bénéficié d’une campagne phytosanitaire lancée par le gouvernement (FCFA 1,7 milliard) pour traiter 20 000 ha de vergers contre les mouches de fruits. Avec le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricole (Firca), le gouvernement a financé l’installation de trois unités de séchage. L’une à Korhogo, l’autre à Boundiali et une autre Ferké pour produire et commercialiser la mangue séchée, principalement destinée à l’exportation. 

LIRE AUSSI: Covid-19 : 190 milliards de Fcfa pour la relance des activités économiques

Les acteurs de ce secteur espèrent que l’industrialisation de ce secteur pourra booster la filière.  En attendant que l’Inter-Mangue « travaille » pour atteindre ses objectifs, la mangue continue d’être exportée sur les marchés d’Afrique de l’ouest et d’Europe qui consomme 30 000 tonnes de mangues annuellement. 

Aka Ahoussi

Sources : commodeafrica.com
et lepointsur.com

PARTAGER