Accueil A la une Côte d’Ivoire, les tout-petits reprennent le chemin de l’école en étant conscient...

Côte d’Ivoire, les tout-petits reprennent le chemin de l’école en étant conscient de la menace du Covid-19

PARTAGER
Les élèves du Groupe scolaire Koumassi Nord est/Ph Credochristi

Comme l’avait annoncé le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, après l’allégement des mesures de restrictions dans le Grand Abidjan, le 15 mai dernier, la rentrée des classes reprendra ses droits, ce lundi 25 mai 2020. Reportage

Lundi 25 mai 2020. 8h. Au Groupe scolaire Nord-Est de Koumassi, la cour de l’école est bondée d’élèves et de quelques parents venus accompagner leurs progénitures. Les tout-petits sont heureux de reprendre l’école, suspendue depuis le 16 mars, à cause de la maladie à Coronavirus. Dans un vacarme d’un jour de rentrée des classes, la plupart retrouvent l’école mais sans pouvoir commencer avec les cahiers et leçons.

Dans ce Groupe scolaire de Koumassi, plusieurs écoles y sont. Des grands bâtiments ont connu un ravalement de leur façade et d’autres sont en cours d’achèvement. Covid-19 oblige. Une beauté des lieux baigne dans ce Groupe scolaire qui à fière allure, pour une rentrée qui promeut, mais met un point d’honneur sur le slogan du ministère de l’Eduction nationale : « Zéro Covid-19 à l’école ».

  • Devant les bâtiments rénovés, des élèves sont assis. Certains échangent probablement sur la maladie, et d’autres attendent l’ouverture des classes.

Konan Bernard est instituteur à l’Epp Nord 1 Koumassi. Il tient une panoplie de nouvelles serrures pour les salles de classes encore fermées. Il indique qu’il faut procéder à la reconnaissance des serrures des classes avant de pouvoir envisager une reprise des cours. Devant les bâtiments rénovés, des élèves sont assis. Certains échangent probablement sur la maladie, et d’autres attendent l’ouverture des classes.

« La reprise exige une préparation. Vous-même constatez que les bâtiments ont été rénovés ainsi que les salles de classes. Tout ceci demande que nous nous organisions avant de pouvoir entamer les cours », fait savoir Konan Bernard. Les cours pour ce lundi ne seront pas effectifs dans ce Groupe scolaire. Car, les directeurs des établissements, informe l’instituteur, sont en réunion, avec l’inspecteur de l’enseignement primaire du secteur.

A lire aussi: Côte d’Ivoire, l’appel du ministre Kandia Camara aux parents d’élèves après la reprise des classes

Des élèves soumis à un exercice sur le Covid-19

A quelques kilomètres se trouve un autre Groupe scolaire Gabriel Dadié, situé à Koumassi Remblais. A l’entrée du grand portail, des élèves sortent pour revenir demain ou un autre jour et d’autres font leur entrée tout joyeux. La plupart ont porté leur masque. Rebecca Kouassi fait partie d’un groupe d’élèves qui doit revenir demain pour les cours de vacation. « Demain, c’est la reprise pour effectuer la répartition des classes », informe-t-elle. Tolo Ibrahim, Traoré Guy Marie et Rebecca Kouassi sont en classe de CM2 et doivent affronter bientôt les épreuves de 6e, en juillet. Il est fort évident que l’actualité Covid-19 face partie des sujets d’examen prochain.

smart

Pour eux, la Covid-19 est une maladie qui se transmet par l’homme. Elle tue, mortelle et donc il faut éviter de se contaminer. « Il faut observer les mesures barrières. C’est-à-dire éviter de se saluer, faire des accolades, se laver régulièrement les mains, observer une distanciation d’un mètre, porter son masque pour éviter de propager ou d’attraper les postillons qu’émettra mon interlocuteur », répondent-ils.

  • Le directeur de cet établissement explique que des réaménagements ont été apportés en fonction du Covid-19, en scindant en deux les classes : groupes A et B. Lundi et jeudi pour le groupe A et mardi et vendredi pour le B.

Après ces questions-réponses qui ont duré 20 minutes, nous entrons dans l’établissement pour constater l’effectivité de la reprise. Nombreux parmi eux sont déjà dans les classes en train de faire cours par contre d’autres en rang devant les classes. Antoine N’Zi est directeur de l’Epp Bad 4 dudit groupe scolaire Gabriel Dadié. Dans sa classe de CM2, les cours ont débuté, il y a quelques minutes, avec des calculs élémentaires au tableau. Le directeur de cet établissement explique que des réaménagements ont été apportés en fonction du Covid-19, en scindant en deux les classes : groupes A et B. Lundi et jeudi pour le groupe A et mardi et vendredi pour le B.

Les classes de CM2 ont 5 jours de cours et des enseignants ont été réquisitionnés pour assurer les cours de mercredi. Cette école de 500 élèves a reçu sa dotation de plusieurs gels hydro-alcooliques, masques médicaux et seaux de lavages des mains pour les élèves ainsi que pour les enseignants. En attendant les compositions de passage, le 2 juillet et l’examen blanc pour les classes de CM2, le 23 juin prochain.

Les grandes vacances sont prévues pour le 14 août selon le calendrier arrêté par le ministère. «  A cause du virus, faut-il arrêter de vivre ? Est-ce qu’il ne faut voir d’autres possibilités à côté du virus ? En adoptant les mesures barrières, on peut essayer de revivre parce que si on se laisse trop traumatiser par la maladie, on peut tout perdre », analyse le directeur N’Zi.

Des masques, seaux de lavages offerts

Après Koumassi, nous mettons le cap sur la commune de Marcory. A l’Epp Pilote, les élèves sont déjà dans les classes et suivent les cours dispensés par les instituteurs sous la supervision de la directrice, Hortense Koffi. Dans cette école qui donne l’impression d’un établissement privé, vu sa propreté, le gazon bien taillé, les fleurs bien entretenues tant des lieux que des bâtiments, c’est plutôt une école publique, avec 6 classes pour 7 enseignants. Les classes de CPU A et B ont commencé les exercices d’orthographes : les lettres e et er, avec la maîtresse Joëlle Ebrotié.

Les élèves sont assis par banc et 14 par salle en raison de 18 par classe. Les 338 écoliers que compte Epp Pilote ont tous leurs masques. Pour cette rentrée, ils ont lavé les mains devant le portail et à l’entrée avant d’accéder dans les salles. Hortense Koffi, directrice de cette école, a exprimé sa reconnaissance aux parents d’élèves pour avoir réagi promptement, en mettant des masques, des seaux de lavages et gels hydro alcoolique à la disposition des enseignants, en attendant la dotation du ministère.

A lire aussi: Côte d’Ivoire, des errata dans les manuels scolaires, Kandia Camara mise devant ses responsabilités

A l’école régionale de Treichville, une école vielle et presque centenaire avec 24 classes. Un dispositif de sécurité inhabituel et impressionnant surprend quelque peu les élèves. Forces de l’ordre et une délégation du ministère de l’éducation nationale font le pied de grue pour accueillir la ministre Kandia Camara Kamissoko, dans moins de trente minutes. L’arrivée de la ministre dans cette école s’inscrit pour l’effectivité de la reprise des cours. Les tout-petits sont tous en classe, avec leurs masques, l’observation de la distanciation sociale et enfin chacun assis par banc. Une des règles : personne ne doit emprunter le matériel de son condisciple.

Présente dans ces écoles, la ministre a dit sa joie de retrouver ses filleuls, après deux mois d’absence. “Vous m’avez maquez”, lance la ministre Kandia.

Présente dans ces écoles, la ministre a dit sa joie de retrouver ses filleuls, après deux mois d’absence. “Vous m’avez maquez”, lance la ministre Kandia. Tout en leur demandant de continuer à respecter les mesures barrières, au besoin interpeller quiconque gentiment de porter son masque ou de se laver régulièrement les mains, si ce n’est pas le cas. Une mission délicate et prometteuse confiée aux 7 millions d’élèves que compte la Côte d’Ivoire, afin que le slogan « Zéro Covid-19 à l’école » ne soit pas un effet de mode, mais une réalité, dans deux mois.

Céline Djidjé

PARTAGER