Accueil A la une Côte d’Ivoire, prétendue suspension des salaires d’enseignants d’université en décembre, Pr Karamoko...

Côte d’Ivoire, prétendue suspension des salaires d’enseignants d’université en décembre, Pr Karamoko rétorque faux

PARTAGER
2 étudiants décèdent de façon suspecte à l'université FHB d'Abidjan/Ph DR

Une information selon laquelle le président de l’Université Félix Houphouët Boigny, Pr Abou Karamoko, aurait décidé de suspendre les salaires de décembre des enseignants refusant de dispenser des heures supplémentaires. Interrogé, Pr Abou Karamoko niet tout en bloc et fait des précisions.

Les problèmes des enseignants-chercheurs et chercheurs de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody sont loin de connaitre un dénouement heureux. L’on se souvient que le problème de primes impayées, des heures complémentaires etc des enseignants des universités avait bloqué les cours l’an dernier, précisément, le 4 février 2019, se soldant par une grève au sein des universités publiques.

Il y a quelques jours, selon des sources introduites au sein de l’université, Pr Abou Karamoko, président de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody, s’obstinerait à suspendre les salaires des enseignants qui refusent de dispenser des heures supplémentaires. Les départements concernés par cette mesure du Pr Karamoko sont anglais et communication. Celui-ci aurait donc décidé de suspendre les salaires du mois de décembre.

A lire: Côte d’Ivoire, les enseignants-chercheurs créent une plateforme pour la défense de leurs intérêts

« Chaque année, lorsque nous comptabilisons les heures supplémentaires des enseignants, nous rencontrons des difficultés pour le paiement. On fait des ponctions sur le taux », explique un enseignant de l’université sous le couvert de l’anonymat.

« Cette année 2019, le président de l’université de Cocody a décidé de payer les heures supplémentaires à 2 000 FCfa au lieu de 5 000 FCfa /heure. Il prend la décision en décembre 2018, et il a fait appliquer de façon rétroactive pour des heures qui ont été déjà faites. Secondo, il plafonne les heures, c’est-à-dire que si l’enseignant a fait 400 heures, il t’informe que lui ne reconnait que 300 heures. Face à tous ces agacements, il y a des enseignants qui ont décidé de ne plus faire d’heures supplémentaires, puisque ce n’est pas obligatoire », souligne notre source.

Joint au téléphone, Pr Abou Karamoko, président de l’Université Félix Houphouët Boigny, s’est abord offusqué de telles allégations et accusations distillées par certains enseignants. « Pourquoi sanctionnerai-je un enseignant parce qu’il ne veut pas faire d’heures complémentaires ? Moi, je n’ai pas de problème pour trouver des enseignants pour dispenser des heures complémentaires. Ce sont des histoires », a répondu Pr Karamoko.

A lire: Côte d’Ivoire, la Cnec, la Codef et Sylec ferment les amphis des universités et instituts, ce lundi

Pour l’année académique, il a affirmé qu’il y a déjà des enseignants qui ont fini de dispenser leurs heures de cours. « Il y a des enseignants qui ont presque fini leurs heures complémentaires de l’année, j’ai presque fini de payer tout le monde. Si des individus ne veulent pas faire d’heures complémentaires, je n’ai rien contre quelqu’un », confirme Pr Karamoko.

Toutefois, « si vous dites que vous avez fini vos heures complémentaires, et lors du contrôle, vous n’avez pas fini, je vous demande de terminer ce que vous devez à l’Etat. Par contre, si vous avez dépassé ou non, je n’ai aucun problème avec vous », a-t-il insisté, avant de faire savoir que ce n’est pas contraignant et obligatoire.

Magloire Madjessou

PARTAGER