Accueil A la une Côte d’Ivoire, Cardinal Kutwà à Ouattara: «Votre candidature à ces prochaines...

Côte d’Ivoire, Cardinal Kutwà à Ouattara: «Votre candidature à ces prochaines élections n’est pas nécessaire »

PARTAGER
Jean Pierre Cardinal Kutwà parle sans faux fuyants à son ami Ouattara/Ph Credochristi.com

Jean Pierre Cardinal Kutwà, Archevêque d’Abidjan, a animé un point de presse, lundi 31 août 2020, au Centre culturel de la cathédrale Saint Paul d’Abidjan Plateau. Il a abordé l’actualité socio-politique délétère surtout la présidentielle d’octobre 2020, avec l’annonce de la candidature du président de la République Alassane Ouattara qu’il ne juge pas nécessaire.

 « En vérité, la réconciliation est plus importante que les élections. Voilà pourquoi, il est totalement erroné de penser qu’il suffit d’organiser des élections, d’en déclarer un vainqueur, pour que les cœurs meurtris soient guéris et que la paix s’installe. J’ose encore une fois nous supplier : laissons-nous réconcilier les uns avec les autres ! Tout le reste ira de soi », a estimé l’Archevêque d’Abidjan, Jean Pierre Cardinal Kutwà, en animant un point de presse, cet après-midi, au centre culturel de la cathédrale du Plateau.

Au début du mois d’août, des partis et groupements politiques d’opposition ont appelé leurs militants et Ivoiriens à protester à travers des manifestations éclatées contre cette autre candidature du président Alassane Ouattara. Ces évènements, contre ce 3e mandat, ont occasionné des morts, des blessés et d’importants dégâts matériels dans tout le pays.

A lire aussi: Côte d’Ivoire, les évêques catholiques publient une Lettre pastorale sur la réconciliation et la paix

« Mais l’allure que prennent les évènements, avec les incertitudes qu’ils cachent, m’oblige à sortir de ma réserve pour ne pas être complice des graves dérapages que nous avons connus en si peu de jours, et que nous ne souhaitons pas revivre », a-t-il alerté.

  • Le Cardinal Kutwà, face à ces situations, juge que la candidature du chef de l’Etat aux prochaines élections n’est pas nécessaire à son humble avis

En tant que pasteur, il soutient que sa responsabilité est engagée devant l’histoire de la Côte d’Ivoire. De ce fait, il invite les acteurs et Ivoiriens au dialogue, à la non-violence, au respect du droit et de la loi. Le Cardinal Kutwà, face à ces situations, juge que la candidature du chef de l’Etat aux prochaines élections n’est pas nécessaire à son humble avis.

Réconciliation avant élections

Plusieurs fois, lors de ses homélies et déclarations, l’Archevêque d’Abidjan n’a eu de cesse d’inviter les hommes politiques à la réconciliation des cœurs. Au point de dire, lors de la messe de requiem de Mgr Antoine Koné, mercredi 8 mai 2019, que les hommes politiques troublent le sommeil des Ivoiriens. Ne mettons pas le dialogue sous éteignoir, déclare-t-il, pour emprunter des chemins qui n’honorent pas notre cher pays.

Tout dialogue suppose deux individus ou des groupes d’individus. « La réconciliation est, nous le croyons tous, l’acte qui, après une crise, permet aux antagonistes de se retrouver et de repartir sur de nouvelles bases. Sans elle, aucune cohésion sociale n’est possible, puisque la rancœur, blottie dans notre subconscient, n’attend qu’une occasion pour refaire surface et briser la  cohésion sociale tant recherchée », dit-il.

A lire aussi:Messe de requiem de Mgr Koné, Cardinal Kutwà tance la classe politique ivoirienne

  • La Loi fondamentale, qui peut être regardée comme une boussole, ne peut signifier, à la fois, une chose et son contraire

Abordant la Constitution du pays qui fait l’objet de diverses interprétations selon des camps, à en croire le pasteur, la Loi fondamentale, qui peut être regardée comme une boussole, ne peut signifier, à la fois, une chose et son contraire. Surtout qu’il affirme que cette dernière a été largement expliquée par des constitutionnalistes et donc ne devrait pas donner lieu à des affrontements actuels. Ainsi, pour la bonne compréhension de cette loi, il exhorte les Ivoiriens à « emprunter les chemins scientifiques.»

Magloire Madjessou & Jacques Sibah (Stg)

PARTAGER