Accueil A la une Coulibaly Péléforo Gbon : L’histoire du parcours héroïque du patriarche des Sénoufo

Coulibaly Péléforo Gbon : L’histoire du parcours héroïque du patriarche des Sénoufo

PARTAGER
L'histoire du patriarche Gbon Coulibaly

Né en 1868 à Ladiokaha de Soro Zouacognon et de Kadofanni, Soro Péléforo Gbon- devenu Coulibaly Péléforo Gbon après sa conversion à l’islam- par la force, va succéder à son père à la chefferie des Sénoufo à Korhogo en 1894, en violation des us et coutumes de son peuple.

N’ayant pas le choix, face à cette force militaire, ses frères et oncles ont été contraints de le laisser diriger le pays des Tiembara. Lui, qui a fait ses preuves de vaillant guerrier à Sikasso, auprès de son maître Ba Bemba Traoré. Mais dans le but de mieux diriger, il tourna le dos à Ba Bemba Traoré et se rallie la même année à Samory Touré qui contrôlait le mandingue et les rives du cours d’eau Bagoé. Malgré les oppositions internes et externes, Coulibaly Péléforo Gbon a su faire preuve de témérité pour défendre la cause des Tiembara. Samory Touré fut fasciné par son courage, à telle enseigne qu’il fait de lui le parapluie des Sénoufo malgré son jeune âge.

Au début du mois de mai 1898, ayant appris la chute de Sikasso et la fuite des sofas de Samory Touré devant les français, Coulibaly Péléforo Gbon, dans le but d’éviter que son peuple subisse la barbarie des français se rallie à eux en fin mai 1898. S’étant mis à la disposition de ceux-ci, Coulibaly Péléforo Gbon sera nommé chef canton des Tiembara en janvier 1899 par l’administration française.

Il va occuper ce poste et régner aisément à la tête des Tiembara jusqu’en 1922, date à laquelle de nombreuses plaintes vont être formulées contre lui de la part de ses administrés. Profitant de la situation, l’administration subdivise le canton et crée de nouvelles structures à la tête desquelles sont nommés des chefs de village, ex-collaborateurs de Coulibaly Péléforo Gbon. Dans la nouvelle organisation, le chef de Korhogo ne joue aucun rôle prépondérant. Pis, il est remplacé à la tête du canton par son frère Coulibaly Kasuna qui était à sa disposition

Cette nomination qu’il considère comme un crime de lèse-majesté, Coulibaly Péléforo Gbon ne peut l’accepter. C’est la raison pour laquelle il va manœuvrer et obtenir en 1942 du gouverneur général de Dakar, le poste de chef de la Province des Sénoufo. Parvenu à ce poste qui le place au-dessus du chef canton, Coulibaly Péléforo Gbon pour consolider son pouvoir provincial signa en 1944 une alliance avec le roi de l’Indenié, puis avec Félix Houphouët-Boigny. 

Devenu un grand ami d’Houphouët-Boigny, il joua un rôle important dans l’implantation du PDCI-Rda dans le pays Tiembara et ses environs. Persécuté par l’administration pour son engagement politique, il démissionne du PDCI-Rda en 1950. Mais son peuple resta fidèle à ce parti et nombreux sont les fils et filles de cette province qui devinrent cadres du parti et cadres de ce pays.

A sa mort le 19 septembre 1962, la nation toute entière rendit hommage à ce chef ” suprême” des Sénoufo pour ces actions envers son peuple. Mais aussi pour son soutien sans faille apporté à Houphouet-Boigny dans le cadre de la création du syndicat agricole africain (SAA) et dans la lutte contre le travail forcé. Élevé à titre posthume à la dignité de Grand Officier de l’Ordre National, Coulibaly Péléforo Gbon a été inhumé dans la cour de la mosquée du quartier Dielisso.

Ahoussi Aka

PARTAGER