Accueil A la une Côte d’Ivoire, 7 syndicats d’enseignants des universités demandent le report de la...

Côte d’Ivoire, 7 syndicats d’enseignants des universités demandent le report de la présidentielle

PARTAGER
Les Secrétaires des syndicats d'enseignement supérieur /Ph Credochristi.com

A 3 jours du scrutin présidentiel du 31 octobre, la Plateforme des organisations et syndicats des enseignants chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire (Posec-ci), vu la situation délétère, demande le report des élections, afin de privilégier le dialogue entre la classe politique ivoirienne. Lire l’intégralité de leur déclaration.

Ivoiriennes, Ivoiriens, chers habitants de la Côte d’Ivoire, la Plateforme des Organisations et Syndicats des Enseignants-chercheurs et Chercheurs de Côte d’Ivoire (POSEC-CI) en tant que force vive s’adresse à la nation. Silencieux depuis le début de la crise pré-électorale, nous ne pouvons plus tenir cette position, face à la détérioration continue du climat socio-politique. Notre espoir de voir la classe politique ramener un calme et un consensus minimum à même de passer l’épreuve de l’élection présidentielle pour notre pays s’est amenuisé au fil du temps.

Face aux violences destructrices et meurtrières, face aux discours de plus en plus guerriers et haineux observés au niveau des premiers responsables politiques du pouvoir et de l’opposition,  face à tous ces morts et blessés, hélas qu’on aurait pu éviter, et devant une population de plus en plus effrayée et encore sous le traumatisme des stigmates des crises et guerres militaro-politiques de 1999, de 2000, de 2002 et de 2010, nous, Plateforme des Organisations et Syndicats des Enseignants-chercheurs et Chercheurs de Côte d’Ivoire (POSEC-CI) décidons en tant que force vive de la nation, de lancer un appel aux filles et aux fils de notre chère mère patrie, la Côte d’Ivoire.

  • Au Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées de reporter l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 afin d’instaurer un dialogue constructif

Sans entrer dans des démonstrations politico-juridiques, mais au regard d’une analyse objective des discours et faits observés çà et là, demandons avec le plus grand respect :

Lire aussi: Côte d’Ivoire, les enseignants-chercheurs créent une plateforme pour la défense de leurs intérêts

1- Au Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées de reporter l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 afin d’instaurer un dialogue constructif réunissant toute la classe politique et la société civile pour trouver les voies de l’organisation de l’élection présidentielle dans un climat apaisé. Nous exhortons et encourageons le Président de la République à le faire pendant qu’il est encore temps et que la situation semble encore sous contrôle.

  • Nous comptons déjà trop de morts pour une élection. Si nous continuons dans la voie présente, nous ne sommes pas loin d’un chaos aux conséquences catastrophiques

Nous comptons déjà trop de morts pour une élection. Si nous continuons dans la voie présente, nous ne sommes pas loin d’un chaos aux conséquences catastrophiques. La page de la violence doit être tournée et à l’échelle humaine, votre action prompte et exemplaire fera certainement tache d’huile. Faites-le pour la Côte d’Ivoire ! Faites-le pour la paix ! Faites-le pour sauver des vies ! Faites-le en tant que Président de la République,  Chef de l’Etat et surtout en tant qu’homme d’Etat !

 2-Aux leaders de l’opposition ivoirienne, nous vous demandons – tout en conservant votre volonté affichée et constante de dialoguer –   de lancer un appel immédiat au calme et à la retenue à l’endroit de vos militants et sympathisants ! Faites-le pour la Côte d’Ivoire ! Faites-le pour la paix ! Faites-le pour sauver des vies !

3-A toutes les forces vives de la nation, aux Syndicats, Mouvements et Associations de la société civile de Côte d’Ivoire, l’heure n’est plus aux intérêts personnels et à la lutte partisane. L’heure est plutôt à l’intérêt général. L’heure est désormais aux actions pour la sauvegarde de la paix et à la préservation des vies humaines et des biens.

4-Aux forces de Défense et de Sécurité, nous vous demandons d’assumer votre rôle régalien dans le respect strict des règles établies en la matière. Travaillez donc à défendre et à protéger les populations afin de mériter le respect et la reconnaissance de la Patrie.

5-Aux rois, princes, chefs traditionnels, l’heure n’est plus au silence coupable. Nous vous invitons à jouer pleinement votre rôle de régulateur social car vous êtes les dépositaires de nos valeurs ancestrales.

Lire aussi: Côte d’Ivoire, la Plateforme des enseignants des universités interpelle les autorités… sinon projettera une autre grève

 6- Aux guides religieux, nous vous exhortons en tant qu’autorité morale à vous impliquer effectivement dans la résolution de la crise.

7-Aux populations ivoiriennes, aux étrangers vivant en Côte d’Ivoire, à toutes les communautés ethniques et religieuses, nous vous demandons de ne pas céder aux manipulations politiciennes tendant à vous opposer les unes aux autres. Cette crise est purement politique et sa solution ne pourra qu’être essentiellement politique.

8-A la CEDEAO, à l’Union Africaine, à l’Union Européenne, à l’ONU et à l’ensemble de la Communauté Internationale, nous disons que le peuple hospitalier et pacifique de Côte d’Ivoire n’aspire qu’à la paix et au développement. Nous attendons de vous d’être à nos côtés, afin d’aider le peuple de Côte d’Ivoire à éviter une guerre civile.

Que Dieu protège et bénisse la Côte d’Ivoire !

Fait, à Abidjan, le 27 octobre 2020

Pour le Conseil d’Administration

Le Président

Dr YEO Kanabein Oumar

PARTAGER