Accueil A la une Côte d’Ivoire, un prêtre catholique explique la Cendre, son origine et les...

Côte d’Ivoire, un prêtre catholique explique la Cendre, son origine et les attitudes à avoir pendant le Carême

PARTAGER
Prêtre et laic administre la Cendre aux fidèles/Ph DR

Il y a 48 heures que les chrétiens catholiques du monde ont commencé le Carême.  Durant 40 jours, ils vont se priver de nourritures et autres actes mauvais. Père Michel Thierry, curé de la paroisse St Mathias Kalemba de Yopougon, donne les explications du Carême, la Cendre etc.

Mercredi 17 février 2021, le jeûne chrétien catholique a débuté. Cette journée a été l’occasion pour les fidèles catholiques de recevoir la cendre sur le front, de jeûner, partager et faire l’aumône pendant 40 jours que va durer le temps de carême, avec un Covid-19 oblige. Des dispositions ont été prises par les diocèses et paroisses pour cette pandémie sanitaire.

« Vue l’importance de la Pâques, l’Église donne á ses fidèles un temps de préparation appelé temps de carême. Le carême á été créé pour la célébration de la paques. Le nom carême tire son origine du mot latin “quadragésimal” qui signifie quarantième. Pourquoi quarante ?  Parce que le carême rappelle d’abord le mémorial du temps des hébreux dans le désert et des quarante jours de Jésus dans le désert. 40 jours, c’est donc le temps du désert qui est le lieu du dépouillement, de la solitude, de l’épreuve et de la rencontre avec Dieu », déclare le père Mobio.

Expliquant de fait que les hébreux sont restés quarante ans dans le désert avant d’entrer dans la terre promise. Moïse et Élie sont restés, dit-il, quarante jours sur le Sinaï. Jésus a été envoyé par l’Esprit pendant quarante jours dans le désert avant de commencer sa mission.

Abordant la signification des cendres dans l’église, il dira que les cendres signifient dans la Bible la tristesse de l’homme devant le malheur. « Me voici pareil à la poussière et à la cendre», crie Job après avoir tout perdu (Jb 30, 19). Elles sont aussi le symbole du deuil. La cendre est le symbolisme de notre fragilité. Elle est donc, logiquement, l’état auquel, explique le père, retourne le pécheur qui se détourne de Dieu. En se couvrant la tête de cendre, les pécheurs reconnaissent leur état et deviennent des pénitents.

LIRE AUSSI:Côte d’Ivoire, sens et origine du Mercredi des cendres qui débutent demain

Les trois P pour bien vivre le Carême

Pendant ces 40 jours, selon le père Mobio, le chrétien doit avoir certaines attitudes pour bien vivre ce temps. « C’est pourquoi, l’Église invite les fidèles á la pratique des trois P qui sont donc un chemin de rapprochement de ce Dieu qui nous aime et qui nous veut près de lui. Le premier P est la prière. La priere, est cette attitude de remise constante de soi à Dieu, dont on expérimente la présence dans la prière. La prière se définit comme cet échange intime avec Dieu dont on se sait aimé ; c’est un cœur à cœur avec lui qui se manifeste, comme Jésus nous le dit, « dans la chambre fermée de notre cœur » (de notre être profond). Le deuxième P est la pénitence.  Par la pénitence le chrétien rentre dans une attitude d’humilité profonde.

 En effet, lorsqu’on entre en contact avec Dieu par la prière profonde on se rend compte de tout ce qui est, dans nos habitudes et manières de faire, contre l’Amour qu’Il est et qu’Il nous enseigne de vivre et d’incarner. Alors, on prend sur soi de lutter résolument par des actes concrets contre ses tendances. On accepte de mourir à nos mauvais penchants qui habituellement nuisent à la charité vis-à-vis du prochain. Le troisième P est le partage. C’est la charité. Puisque l’amour de Dieu se vérifie à l’aune de l’amour du prochain selon St Jacques dans sa lettre, on est invité à ouvrir les yeux sur les besoins des autres, sur leurs manques. Alors par solidarité fraternelle et surtout par charité chrétienne on apporte une aide à ces derniers. Voici les attitudes que doivent avoir le chrétien durant le temps de carême. »

Les chrétiens catholiques pendant ce temps de pénitence, selon le père, le Christ les invite á éviter d’être triste et abattu. Et d’ajouter : « Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle ».

Magloire Madjessou

PARTAGER